Restauration directe au ciment verre ionomère

Niveau de difficulté : Odontologie 3

Informations

Niveau de difficulté :

Odontologie 3

Temps nécessaire à la lecture de la fiche de TP :

00h30

Temps nécessaire à la manipulation réelle :

03h00

Encadrant(s) :
  • Anne Dautel
  • Justine Leclerc
  • Anne Le Goff

Composition des ciments verre ionomère (CVI)

  • La poudre de verre :

Avec une granulométrie de 4 à 50 µm, la poudre est riche en alumine, silice et  fluorure de calcium, on parle de fluoro-alumino-silicate (FAS), de composition : Al2O3-SiO2-CaF2

  • Le liquide :

Solution d’acide polyalkénoïque (qui appartient aux acides acryliques, portant de nombreuses fonctions COOH) et d’un peu d’acide tartrique pour améliorer ses caractéristiques.

Classification des CVI

Celle-ci repose sur les caractéristiques de la poudre constituant la base :

  • CVI traditionnel : leur composition a été améliorée (taille des particules et addition d’acide polyacrylique lyophilisé dans la poudre) pour donner naissance aux CVI condensables à haute viscosité.
  • CVIMAR : CVI traditionnel modifié par adjonction de résine (HEMA et Bis-GMA).
  • Cermet : CVI traditionnel modifié par ajout de particules d’argent (≈ 40%) nanométriques.

Réaction de prise des CVI

Au contact de la poudre de verre avec l’acide, la réaction de prise a lieu en 3 étapes :

  • Dissolution :
    Les ions H+ de l’acide attaquent le verre, entraînant la formation d’un gel de silice hydraté en périphérie des grains, le cœur reste intact. Il y a alors libération d’ions (calcium, aluminium et fluor) à partir d’un verre, d’où le nom du matériau : « verre ionomère ».

  • Précipitation :
    La liaison rapide entre les groupes carboxyles ionisés (R-COO-) de l’acide polyalkénoïque et le calcium aboutit à la formation des chaînes de polyacrylate de calcium.

  • Consolidation :
    Plus tardivement, l’aluminium va également se lier à ces chaînes pour donner des sels de polyacrylate de calcium et d’aluminium. Cette réaction de précipitation se poursuit lentement pendant plusieurs jours.
    Les ions fluorures restent libres entre les sels ainsi formés. Ils diffusent à long terme (effet cariostatique) et le CVI a la capacité de réabsorber (réservoir de fluor) ces ions fluorures pour se
    « recharger ».

La réaction de prise peut se résumer ainsi :

ac. \; polyalk \acute{e} no \ddot{i} que \; + \; FAS \; \rightarrow \; sel \; de \; polyacrylate \; de \; Ca^{2+} \; et \; d'Al^{3+} \; + \; fluor \; libre


Schéma de la réaction :

schéma de la réaction

Considérations cliniques

  • Les capsules prédosées permettent d’obtenir un meilleur ratio acide/base que le mélange obtenu après prélèvement dans 2 flacons.
  • Le CVI doit être brillant lors de la mise en place cavitaire, puis il devient opaque durant la phase de précipitation.
  • Il faut préserver le site de l’humidité lors de la manipulation pour ne pas diminuer les propriétés mécaniques du matériau, la translucidité (aspect crayeux) et pour éviter la fixation des colorants.